Concert de Deep Purple à l'Olympia : La chronique

Publié le par Tyler

2007-11-18-Deep-Purple---l-Olympia-016.JPGDimanche dernier, l'une des légende du rock était de passage à Paris dans la mythique salle de l'Olympia. Si les chansons Black Nigh ou Highway Star vous parlent, si Smoke on the Water et son intro dévastatrice trotte dans votre tête, vous aurez sans difficultés reconnu Deep Purple. Après une série de concert en 2006 (que j’ai malheureusement râté), le groupe remet ça en 2007 et une fois l’annonce faite, je n’ai, cette fois, pas hésité avant d’acheter ma place.


2007-11-18-Deep-Purple---l-Olympia-019.JPG Ayant une place numérotée (contrairement à Ced, j’avais opté pour les places au balcon), je me suis permis d’arriver aux alentours de 19h. Les lumières s’éteignent à 20h précises pour accueillir la première partie : Café Bertrand, un groupe de rock dans la lignée de Noir Désir avec des sonorité qui semblent influencées par Metallica sur certains morceaux avec une voix qui, par moments, m’a fait pensé à celle de Lofofora. En tout cas, ce fut une bonne prestation pour ce groupe qui sera à suivre de près (cliquez ici pour accéder à leur site).

2007-11-18-Deep-Purple---l-Olympia-034.JPG 20 minutes plus tard, les lumières s’éteignent de nouveau pour accueillir Deep Purple qui dès le début mettent le paquet avec Pictures of Home. Malheureusement, le son est un peu trop saturé et est assez désagréable. Ce problème sera vite corrigé pour nous permettre d’apprécier pleinement le concert. Le groupe alternera quelques classiques (tels que Strange Kind of Woman ou Into the Fire) et titres du dernier album (Kiss Tomorrow Goodbye ou bien Rapture of the Deep) avant que sur Contact Lost, Steve Morse enchaîne sur un solo de guitare langoureux puis une compo assez énergique qui redonne la pêche à toute la salle.

2007-11-18-Deep-Purple---l-Olympia-046.JPG D’autres classiques suivront (The Battle Rages On, Lazy et Loosing my Strings) avant qu’un solo de clavier (assez délirant par moments) n’annonce le clou du spectacle. A ce moment là, le groupe entame Perfect Stranger, une chanson aussi terrible qu’efficace, avant que la batterie n’annonce Space Tuckin’. En l’espace de 5 minutes on a l’impression d’avoir retrouvé le grand Deep Purple des années ’70 avec leur son si unique. Une intro à la guitare un peu fantaisiste annonce par la suite l’excellent Highway Star (et ses deux solos) qui confirme la tendance actuelle. Même si le jeu de Steve Morse n’a pas le même impact que celui de Ritchie Blackmore à l’époque, il a le mérite (comme l’avait fait Joe Satriani lors de son court passage dans le groupe) de redonner un sérieux coup de jeune à ce morceau (et au groupe). S’en suit ce qui est certainement le morceau le plus connu du groupe : Smoke on the Water. 2007-11-18-Deep-Purple---l-Olympia-057.JPGLe groupe lâche ses dernière force et fait pleinement participer le public (qui le lui rend bien d’ailleurs) finissant magnifiquement le morceau sous les acclamations du public qui en redemande. En guise de rappel Hush (durant lequel un excellent solo de batterie viendra se meler à la chanson) et Blacknight (précédée d’un solo de basse) viendront cloturer cette superbe soirée.


2007-11-18-Deep-Purple---l-Olympia-065.JPG Deep Purple a su nous prouver avec cette tournée de deux longues années qu’il n’avait pas perdu son âme. Certe Ian Gillan doit sentir qu’il n’a plus sa forme d’antant car sur certain morceaux sa voix était limitée (souvent du mal à monter haut dans les aïgus) mais on sent réélement que l’envie est toujours présente. Don Airey, dont la lourde tâche a été de remplacer Jon Lord au mythique claviers (sans lesquels, Deep Purple n’aurait sûrement pas été ce qu’il est actuellement) s’en est remarquablement sorti tout comme Steve Morse à la guitare (qui comme je l’ai dit plus haut a apporté un coup de jeune à ce groupe). Roger Glover à la basse et Ian Paice à la batterie on été impecables rythmant à merveille cette soirée. Deep Purple n’a donc rien perdu de sa superbe et c’est avec plaisir que je retournerais les voir si l’occasion se présente.

2007-11-18-Deep-Purple---l-Olympia-067.JPG

A lire aussi, la chronique de Ced.

Cliquez ici
pour vois mes photos
Cliquez ici
pour voir d'autres photos (celles du site officiel)

Setlist :

Pictures Of Home
Things I Never Said
Into The Fire
Strange Kind Of Woman
Rapture Of The deep
Mary long
Kiss Tomorrow Goodbye
Contact Lost
The Well -Dressed Guitar
The Battle Rages On
Lazy
Loosen My Strings
Perfect Strangers
Space Truckin'
Highway Star
Smoke On The Water
Rappels :

Hush
Black Night


Rassurez-vous, le bootleg ne devrait pas trop tarder...

Publié dans Musique

Commenter cet article

ced purple 26/11/2007 10:10

RIEN  à dire !!! superbe review de ce concert !!! je suis pressé d'écouter ton enregistrement !@+ et bonne journée CED